facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

Point sur le démâtage d’Are Wiig

Code Orange maintenu pour le skipper norvégien
Loïc Lepage inquiet de voir son stock d’eau continuer à baisser

Jour 59: 20:00 UTC – Les Sables d’Olonne, France
De nouvelles informations nous sont parvenues ce matin au sujet du skipper norvégien Are Wiig à la suite de son chavirage et de son démâtage à 400 milles au sud-sud-ouest de Cape Town ce lundi.
Il est désormais en communication régulière à la fois avec l’organisation de la course et avec John Amtrup, son manager. Ce dernier nous explique :
« Il était en train de réparer la goupille de sécurité (de son régulateur d’allure) quand son voilier a chaviré. Il a été projeté dans la descente et a atterri sous la casquette. Il a eu des contusions et a fini dans le cockpit, mais rien de grave, une entaille à l’oreille et à quelques autres endroits. L’étai fait maintenant office d’ancre flottante et la bôme a été sauvée.
Le hublot qui s’est brisé était au dessus de la table à cartes et le système électrique a reçu beaucoup d’eau mais les batteries sont probablement toujours opérationnelles. Sous le pont, il y a de la nourriture et de l’huile partout. Are pense que le vent soufflait aux alentours des 35 nœuds quand il a chaviré, ce qui, selon lui, n’était pas beaucoup en comparaison de la tempête qu’il subissait depuis 3 jours. Ironiquement, il venait juste de lire le livre « The voyage of Madmen » qui raconte tous les efforts des skippers pour ne pas chavirer. La course est terminée pour Are car il ne pourra pas remplacer rapidement son gréement.
Are Wiig a également enregistré un message téléphonique pour ses nombreux fans en Norvège en déclarant : «C’est Are. Je veux juste dire que je suis désolé. Ma participation à la Golden Globe Race vient de s’arrêter brutalement”.
J’ai connu du mauvais temps ces derniers jours et le bateau a été couché plusieurs fois. Le régulateur d’allure s’était brisé et j’étais en train de le réparer. Je me tenais dans la descente du bateau et je travaillais à remplacer les pièces qui étaient cassées. Et puis la mer a grossit et j’ai chaviré. Quand le bateau s’est redressé, c’était le chaos partout, le mât était cassé, ce qui signifiait la fin de ma participation. Je suis désolé de ne pouvoir continuer parce que c’était vraiment amusant. Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont apporté leur soutien, quel qu’il soit. Je suis vraiment désolé. Je suis désolé … mais je ne suis pas sûr que « je suis désolé » soit la bonne formule. C’est une histoire de météo et personne ne peut la contrôler. La mer a vraiment été très dure aujourd’hui, et c’est ce qui en a résulté. Nous devrons recommencer. Peut-être. Merci ».
Don McIntyre, le Président de la course a confirmé aujourd’hui qu’Are Wiig a tout l’équipement nécessaire pour mettre en place un gréement de fortune. « Tous les concurrents ont dû mettre en place un gréement de fortune pendant leur préparation et devant naviguer en mer sur un parcours triangulaire pendant au moins 6 heures, puis soumettre une rapport complet faisant parti de leur inscription et de leur acceptation à participer à la course.
En avril dernier, Wiig a effectué cet exercice ainsi que celui de l’installation d’un gouvernail d’urgence au large des côtes norvégiennes. »
Don McIntyre a ajouté: « Des parties du mât et des voiles sont encore attachées à l’avant du bateau, face au vent et à la houle. Il a localisé toutes les pièces spécialement conçues pour mettre en place son gréement de fortune et les deux tangons de spi sont intacts. Are signale avoir passé une nuit très dure, avec des mouvements de bateau très violent. Il pense qu’il sera bientôt temps de libérer le mât, pour éviter les mouvements saccadés qui l’empêchent de se reposer. Il s’est réveillé en pleine nuit pensant qu’il chavirait à nouveau mais ce n’était pas le cas. La mer est en train de se calmer lentement.

Les dommages causés par la compression de la coque du côté tribord suggèrent un impact énorme par les vagues. La porte avant a été endommagée et dégondée de la coque par l’impact et certains accessoires de pont ont été emportés. Il y a encore de petits trous à réparer sur le pont. Son tracker principal YB3i ne fonctionnant PAS et son unité YB3 principale d’envoi de messages textes étant endommagée, il a donc dû activer l’unité satellite YB3 de rechange stockée dans le sac de secours de son voilier. Son chargeur solaire est endommagée mais réparable, et des trous de câblage électrique laissent échapper un peu d’eau dans le bateau. Le moteur tourne, mais Are ne terminera pas les vérifications finales jusqu’à ce qu’il puisse confirmer qu’il n’y a plus de bouts dans l’eau. Il a env. 120 litres de carburant donc possiblement environ 40 heures de route au moteur à 5 nœuds, soit 200 milles. La coque est solide et suffisamment en état pour se rendre au Cap. Le vent tombe mais la faible houle continue de passer par dessus le pont du bateau. Il se sent en sécurité.

Nous pensons qu’Are Wiig est maintenant totalement en contrôle de son bateau et en bonne santé. Il projette de naviguer jusqu’à Cape Town sous gréement de fortune. Le suivi de course en temps réel, a été restauré sur le tracking de la GGR et les communications par satellite fonctionnent toutes. Nous lui fournirons des bulletins météorologiques et maintiendrons une vigilance de “CODE ORANGE” jusqu’à ce qu’il arrive en toute sécurité à Cape Town. »

Du jour au lendemain, tous les autres skippers de la GGR ont envoyé des messages de soutien à Are Wiig, notamment Gregor Mcguckin, l’Irlandais, qui se trouvait à 40 milles au Nord-Est de la position de Wiig au moment du retournement. Il a envoyé un message texte : « Désolé d’apprendre pour Are. Suis proche si besoin d’assistance. » Il a navigué sans toile et filait dans de sévères conditions hier, mais ce matin, l’Irlandais avait des nouvelles un peu plus rassurantes :« De retour, état de la mer beaucoup mieux.Tout va bien à bord. ». Les dernières prévisions annoncent des conditions encore plus calmes au cours des prochains jours, ce qui facilitera grandement la tâche de Wiig pour qu’il puisse naviguer vers le nord jusqu’au Cap.

Au Cap, le capitaine du Port, Steven Bentley, a promis son soutien, tout comme l’administration portuaire l’avait fait pour Philippe Péché, autre skipper de GGR, la semaine dernière. Il écrit: « Nous garderons un œil sur sa progression et nous nous tiendrons disponibles pour l’aider à se rendre jusqu’au Cap. Si son gréement de fortune le conduisait à False Bay, entre Cape Point et Cape Agulhas, il devra faire au mieux pour False Bay. Je peux organiser et sécuriser une place au port de plaisance du False Bay Yacht Club, et lorsque les conditions météorologiques locales seront meilleures, il pourra être transféré de FBYC au Royal Cape Yacht Club avec l’aide des membres du club local. Je vais surveiller ses avancées et m’assurer de le ramener à terre, avec son voilier amarré à bon port en toute sécurité, le plus tôt possible avec le moins de risques possibles « .

Pendant ce temps, un autre skipper de la GGR pourrait bien être contraint de rentrer au Cap par manque d’eau. Le Français Loïc Lepage à bord du Nicholson 32 Laaland signale qu’il n’a toujours pas collecté suffisamment d’eau de pluie pour aller jusqu’en Australie. Sa radio BLU et son unité YB3 d’envoi de messages textes ne fonctionnent pas. Il a dû faire appel directement au PC course par le biais de son téléphone satellite. Lepage est actuellement à 1000 miles à l’ouest du Cap de Bonne-Espérance, et sans la possibilité de capter les ondes des prévisions météorologiques, il pourrait bien décider de se rendre au Cap pour résoudre ses problèmes avant de continuer la course en catégorie Chichester.

Latest positions at 14:00 UTC today 28.8.18

  1. Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut
  2. Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick
  3. Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance
  4. Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All
  5. Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya
  6. Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight
  7. Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
  8. Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda
  9. Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria
  10. Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin
  11. Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut

 

CAROZZO SAILOR

  1. Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007

RETIRED

  1. Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter
  2. Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha
  3. Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II
  4. Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim
  5. Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
  6. Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna

 

pic
pic
pic
pic