facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

Are est arrivé à bon port à Cape Town…

Antoine Cousot à Rio…

Francesco Cappelletti se dirige également vers le Brésil – victime lui aussi d’avarie de régulateur d’allure.

Le leader Jean-Luc Van Den Heede prédit son ETA le 3 octobre prochain à la porte de passage d’Hobart.

Jour 65: Dateline 3.9.2018 – Les Sables d’Olonne, France

Are Wiig, le skipper norvégien de la GGR qui a dû se retirer de la course il y a 6 jours après que son OE 32 Olleanna ait roulé à 360° dans l’Océan Austral, est arrivé dimanche au Cap à 21h06 UTC, sans assistance extérieure.
Peter Muller, l’un des nombreux Capetoniens à avoir attendu pour accueillir Wiig quand il s’est amarré au Royal Cape YC, rapporte: «Son bateau était un véritable champ de bataille : Le mât s’était brisé à au moins deux endroits et les pièces avaient été arrachées sur le pont. Il avait un pont fissuré et un hublot brisé. Are explique que les fissures et les dommages à tribord ont traversé le bateau. Il n’avait vu ce type de dommages auparavant que dans son travail (en tant qu’ingénieur maritime) lorsque des bateaux étaient tombés sur le béton lorsqu’ils étaient entreposés à terre.
En racontant cet épisode fatidique, Wiig a déclaré qu’il avait mis le bateau en travers et qu’il venait de commencer à réparer son régulateur d’allure pour la deuxième fois en deux jours. Il se tenait dans la descente pour réparer une pièce dans la montée sur la descente. Il n’y a pas eu d’avertissement. Le bateau a été soulevé par une grosse vague puis est retombé.

Olleanna a également subi des dommages sur le tableau arrière et n’avait plus qu’une direction partielle en état. Wiig a réussi à régler le problème de son régulateur d’allure et l’a fait fonctionner avec son système de gréement de fortune pour qu’il puisse réussir à dormir. Son réservoir principal d’eau était contaminé et il n’avait plus que 15 litres de diesel dans son moteur, ce qui lui permettait 20 heures de conduite lente.

Cependant, Are a bien navigué, sans se plaindre, en étant très factuel et amical. Quel personnage!

Wiig a aussi déclaré qu’il était très heureux d’avoir monté et testé avant le départ, son système de gréement de fortune en utilisant deux tangons de spinnaker, une exigence du règlement de course pour tous les concurrents. Il a aussi fait l’éloge du système de repérage par satellite Yellow Brick qui a permis de transmettre sa position au PC course à chaque heure et qu’il a utilisé pour envoyer des messages texte aux officiels. «C’était bien de savoir que tout le monde me surveillait», a-t-il déclaré.

Un autre élément utile du kit obligatoire était le réflecteur radar gonflable Echomax, qu’Are Wiig a installé à l’arrière du bateau après le démâtage. Cela a aidé un navire qui passait à localiser Olleanna quelques jours avant son arrivée au Cap. Wiig a poliment refusé l’offre de soutien du commandant de bord et a poursuivi sa route sans assistance extérieure.
Don McIntyre, le président de la course, a déclaré: «Le capitaine du port, Steve Bentley, a été extrêmement utile pour surveiller la progression et l’arrivée de Are, et le Royal Cape Yacht Club a été très accueillant. Beaucoup de personnes ont hâte d’entendre le rapport complet d’Are sur cette expérience.»

Le Français Antoine Cousot est arrivé à Rio de Janeiro à la voile, mais s’est blessé à l’épaule et au pied alors qu’il tentait de changer de voile sur le pont avant de son Biscay 36 Métier Intérim. Il indique que si c’était à refaire, ce serait avec un enrouleur de voiles d’avant plutôt qu’avec des voiles à mousquetons à monter et hisser à la main.

Le navigateur dit “Carozzo” Francesco Cappelletti, qui a manqué le départ de la GGR de 21 jours et a suivi la flotte pour l’aventure, suit maintenant le sillage de Cousot vers le Brésil, après que l’Italien ait rapporté la semaine dernière que le régulateur d’allure de son Endurance 35, 007 avait cassé. Il possède le même type “Beaufort Lynx” qui avait coûté une avarie et un abandon à Nabil Amra son concurrent palestinien, et au Français Philippe Péché, suite à des ruptures de soudure sur le bras articulé vertical, irréparables en mer.

En tête de la flotte, le vétéran français Jean-Luc Van Den Heede continue à faire mentir son âge (il a eu 73 ans le mois dernier) alors que son Rustler 36 Matmut continue de devancer la flotte. Ce matin, il avait une avance de 689 milles sur son rival hollandais Mark Slats, à bord de son Rustler 36 Ohpen Maverick. Dans une région de l’Océan Austral où vous vous attendez à des vents d’ouest, Slats a rapporté ce matin: «Vents de face 20 [noeuds] EST. Incroyable. Où sont les vents d’Ouest?”
Lors de son appel hebdomadaire avec la direction de course, Slats, comme Cousot, a déclaré qu’il n’avait pas d’enrouleur de voile. Maintenant, proche des 38°S et sur un cap sud-sud-ouest, le froid se fait présent et les températures ressenties sont bien en dessous de zéro. Sans gants (Slats s’est rendu compte il y a deux semaines qu’il les avait laissés derrière lui), les changements de voiles doivent être effectués à mains nues. Mis à part les vents contraires, c’est peut-être la raison pour laquelle il a perdu du terrain, face au skipper irlandais Gregor McGuckin à la troisième place sur son Biscay 36 Hanley Energy Endurance, et sur le Rustler 36 One and All d’Uku Randmaa. Au cours de la semaine dernière, Gregor a réduit l’écart de 160 milles, et l’estonien, revenu 4ème, se trouve à 86 milles, en constatant qu’il a navigué sans thé, café ni chapeau.

En revanche, les données du tracker de ce matin montrent que Jean-Luc Van Den Heede naviguait à 7,1 nœuds dans la bonne direction en ayant parcouru 128 milles au cours des 24 dernières heures. Jean-Luc prévoit maintenant son ETA (estimated time of arrival) pour rejoindre le prochain le Drop Point Boatshed.com le 3 octobre prochain à Hobart (Tasmanie).

L’autre grand gagnant est l’indien Abhilash Tomy qui navigue sur sa réplique du Suhaili, Thuriya. Il naviguait remarquablement à 10.1 nœuds en avalant 194 milles sur la même période. C’est la meilleure distance enregistrée jusqu’à présent, mais légèrement surestimée dans le logiciel de suivi, qui opère sur des distances entre des points de passage fixes. Après avoir franchi le waypoint de Cape Point hier, la performance de Thuriya est maintenant mesurée entre ce cap et Hobart plutôt que sur la trajectoire du grand cercle des îles du Cap-Vert jusqu’à la pointe de l’Afrique. Si il y a des gagnants, il y a aussi des perdants et la palme
revient cette semaine à la Britannique Susie Goodall qui navigue sur son Rustler 36 DHL Starlight. Prise dans un système de haute pression à l’ouest du Cap, elle a perdu près de 800 milles sur les autres bateaux qui étaient proches de sa zone d’évolution il y a 10 jours. Ils se sont dirigés au sud pendant qu’elle partait vers le nord-est. Au moins, elle est de retour dans le match, après avoir parcouru 116 milles dans la bonne direction. Le Hongrois Istvan Kopar, qui navigue sur Puffin, son Tradewind 35, doit également être salué pour sa performance récente. Il est repassé à l’arrière de la flotte après s’être arrêté aux îles du Cap-Vert pour réparer son régulateur d’allure. La semaine dernière, il a dépassé l’Australien Mark Sinclair et son Lello 34 Coconut. Aujourd’hui, il affronte le Français Loïc Lepage à bord de son Nicholson 32 Laaland. Lepage se dirigerait directement vers Cape Town pour réapprovisionner son réservoir d’eau et pour réparer sa radio BLU avant de se diriger vers l’océan Austral. Kopar, juste 9 milles derrière Laaland (7ème), pourrait être en position intermédiaire la semaine prochaine, si il arrive à réparer car il nous écrit cet après-midi : « Mince mon régulateur d’allure m’a encore abandonné dans une vilaine tempête au cours du week-end ».

Latest positions at 08:00 UTC today 03.09.2018

  1. Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut
  2. Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick
  3. Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance
  4. Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All
  5. Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya
  6. Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight
  7. Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin
  8. Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
  9. Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria
  10. Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda
  11. Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut

 

CAROZZO SAILOR

  1. Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007

RETIRED

  1. Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter
  2. Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha
  3. Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II
  4. Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim
  5. Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
  6. Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna
pic
pic
pic
pic
pic