Golden Globe: todos a Gijón, España !

Les navigateurs et les chefs d’équipe se dirigent vers la capitale asturienne pour le Prologue de la GGR du 6 au 14 août, avant de prendre le départ du “SITraN Challenge” vers Les Sables d’Olonne et celui de la GGR 2022 le 4 septembre.

Le programme inclut d’importants briefings sur la sécurité, et une non-participation entraînera des pénalités de temps et financières. Certains participants sont confrontés à des décisions difficiles dans les semaines à venir, et deux autres se sont retiré de l’événement.

  • Gijón se prépare pour un prologue et des adieux inoubliables vers Les Sables d’Olonne.
  • Deux nouveaux abandons, pour une flotte GGR qui compte désormais 16 marins.
  • 4 participants sont déjà en Asturies, certains se rencontrant pour la première fois.
  • 9 partent des Sables et du Royaume-Uni pour toucher terre à Gijón cette semaine.
  • L’Américain Elliott Smith n’arrivera pas à temps en Espagne et se dirige vers Les Sables.

La ville de Gijón, hôte du prologue de la GGR, accueille déjà les participants dans ses eaux, tout en préparant la Semana Grande, le plus grand festival d’été des Asturies. Les skippers et les chefs d’équipe pourront goûter à l’hospitalité légendaire et au patrimoine gastronomique de la capitale asturienne entre les briefings obligatoires.

Gijón, la capitale des Asturies, se prépare à d’intenses festivités au cours des prochaines semaines en même temps qu’elle accueille le prologue de la GGR. @turismogijon

Sur les trente-deux inscrits initiaux, vingt-deux prévoyaient d’être au départ en France, mais au cours des six dernières semaines, six participants ont abandonné ou ont été contraints de quitter la course pour non-conformité à l’avis de course. Ils sont seize maintenant confirmés pour le départ et deux skippers qui luttent pour revenir dans la course.

Faire le tour du monde à la voile est difficile, mais pour certains, être au départ l’est plus encore. La GGR a des standards de qualification des skippers et des règles de sécurité parmi les plus strictes au monde. Les navigateurs restants en course et leurs bateaux sont d’un très haut niveau.

Il est regrettable que quelques participants aient dû abandonner à la dernière minute. L’effort pour arriver jusqu’ici est extrême, mais notre insistance sur les standards élevés de sécurité l’est tout autant.

Ce que je dirais cependant, c’est que nous n’attendons pas autant d’abandons durant la descente vers l’équateur que nous en avons connu en 2018. C’est une flotte de qualité.

Don McIntyre, fondateur et président de la GGR

La Sud-Africaine Kirsten Neuschäfer, les concurrents 2018 Ertan Beskardes, Tapio Lehtinen qui a amené son Asteria depuis Bilbao, et Captain Gugg qui avait renoncé à prendre le départ en 2018, sont déjà à Gijón.

L’Américain Guy deBoer n’a pas encore atteint les Asturies, mais a atterri à La Corogne, en Galice (Espagne), après sa qualification et une traversée express de l’Atlantique sur son Tashiba 36, Spirit. C’est tout à l’honneur de l‘architecte Bob Perry, de l’équipe de Guy et de lui-même pour une première traversée impressionnante. 

Je suis un régatier international de longue date, mais cette traversée de 4000 miles en solitaire était ma première expérience en solo et j’en ai adoré chaque moment, ainsi que mon bateau. Il est incroyable et jusqu’à présent très fiable et rapide !

Guy deBoer

Lui et l’architecte pensent que ce dessin est jusqu’à 1000 miles plus rapide autour du monde comparé à un Rustler 36. 

Mark Sinclair, Phil Galvin, Pat Lawless, Guy deBoer and Arnaud Gaist se rencontrent enfin aux Sables d’Olonne. @Arnaud Gaist

D’autres quittent les côtes anglaises en direction de Gijón. Le Britannique Guy Waites a installé un nouveau mât et de nouvelles voiles sur son Tradewind 35 et est parti le lendemain.  Ian  Herbert-Jones est parti avec un nouveau mât et un nouveau moteur, et Jeremy Bagshaw est parti après avoir réparé son moteur, mais a découvert 20 litres de carburant dans ses cales 24 heures plus tard, l’obligeant à retourner en Cornouailles. Il est maintenant sous pression pour arriver à Gijón à temps

Les Sables d’Olonne, port d’accueil de la GGR, a bruissé d’activité: Mark Sinclair termine l’installation de son nouveau moteur, Edward Walentynowicz venu d’Halifax a installé un nouveau gréement et antifouling, Simon Curwen vient en voisin de Bretagne, et Arnaud Gaist est fin prêt. Pat Lawless, est arrivé aux Sables après une semaine de tournée d’adieux typiquement irlandaise avec ses nombreux supporters et amis le long de la côte sud.  

Tous prévoient de partir dans les prochains jours, tandis que Damien Guillou sur son Rustler 36 PRB prévoit de quitter Port la Forêt jeudi.

Pat Lawless a quitté l’Irlande après une semaine d’adieux de la part de sa famille, de ses supporters et de ses amis. @ Pat Lawless Team

Pendant ce temps, certains sont encore en mer, pour terminer leur qualification : Elliott Smith, qui aux deux tiers de sa transatlantique depuis Boston, doit faire l’impasse sur Gijón et accepter les pénalités. Il bénéficie d’un soutien incroyable de la part de ses amis et supporters, qui organisent et financent la formation médicale lui restant à suivre en cours individuel à son arrivée aux Sable d’Olonne. Abhilash Tomy termine lentement sa qualification de 2000 milles au large du Golfe de Gascogne et ira directement à Gijón.

Le navigateur néo-zélandais Graham Dalton, qui avait renoncé à prendre le départ et essaie maintenant de se qualifier, a du mal à boucler son parcours qualificatif de 2000 milles. Il n’a parcouru que 600 milles au cours de la première semaine en mer et manque de temps. Le navigateur espagnol Aleix Selles n’a pas respecté certains délais importants de l’avis de course et a donc été retiré de l’épreuve le 27 juillet, et tente maintenant de rattraper son retard et réintégrer la GGR. Il a commencé son parcours de qualification de 2000 milles en solitaire le dimanche 30 juillet et doit encore monter son nouveau mât en cours de finition à La Rochelle. Le temps est son plus grand adversaire à moins de cinq semaines du départ ! 

Enfin, le Canadien Gaurav Shinde courrait contre la montre avec un sérieux retard sur le calendrier, et s’apprêtait à entreprendre sa première traversée de l’Atlantique en solitaire à bord de son Baba 35  lorsqu’il s’est luxé l’épaule. Pendant sa convalescence, il a suivi sa formation de soins médicaux mais n’a pas le temps matériel d’arriver aux Sables à temps pour le départ, et a décidé de se retirer de cette édition, se préparant plutôt pour 2026.

L’organisation de GGR se renforce pour la dernière ligne droite avant le départ, avec les arrivées de Nora Havel qui rejoint l’équipe comme photographe, Rob Havill comme directeur digital, et Doug Dean comme responsable sécurité. Marco Ausderau vient en support logistique et Maria Laykova comme coordinatrice vient en soutien de l’organisateur Les Sables d’Olonne pour aménager l’espace GGR sur le village départ. Le PC course a également reçu la visite des Bénévoles des Olonnes et les Bénévoles du Littoral Olonnais, deux organisations locales qui ont recruté 140 bénévoles en soutien de la ville des Sables d’Olonne pour les temps forts et le village départ de la Golden Globe Race du 20 août au 4 septembre.

Claude Back, J-Y Pedelagrabe, Don McIntyre, André Hatin & Daniel Létévé dans les bureaux de la GGR. 150 volontaires des Bénévoles des Olonnes et Les Bénévoles du Littoral Olonnais, seront sur le village départ de la Golden Globe Race organisé par Les Sables d’Olonne du 20 août au 4 septembre. @GGR2022
avatar

Title Partner

Major Partners

Premium Partners

Technical Partners

Associations