facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

Jour 234 – Uku Randmaa prend une pénalité de 72 heures pour routage

Istvan Kopar souffre d’une avarie de barre – maintenant réduit à son gouvernail d’urgence
Tapio Lehtinen est au coude à coude dans une course virtuelle contre le Suhaili

Dateline: 14:00 UTC – 20/02/2019 – Les Sables d’Olonne, France

Le skipper estonien Uku Randmaa, troisième, a échappé à la disqualification de la Golden Globe Race après avoir enfreint les règles strictes interdisant toute assistance extérieure. Il a toutefois reçu une pénalité de 72 heures pour avoir demandé et reçu des informations de routage suites aux prévisions météorologiques lors d’un contact radio avec un opérateur radio-amateur.

Un enregistrement de 16 minutes de la communication radio a été reçu à la Direction de course hier, le 19 février. Les cinq premières minutes rapportent une information météorologique légitime et publiquement disponible, mais à 9h15, Randmaa demande: « J’ai une question … Comment puis-je le dire … je me dirige au 90°. Puis-je être sûr de pouvoir attrapper du vent si je navigue vers l’est?”

L’opérateur radioamateur : “Si vous allez directement à l’est, vous resterez dans la zone de calme. Vous devez continuer au nord … et ensuite vous attrapperez les vents d’ouest. Je ne sais pas si je peux vous dire cela, mais je pense que vous devez aller au moins au 28° nord et peut-être ensuite commencer à aller vers le nord-est. »

Randmaa: D’accord, mais je ne peux pas faire ça… le vent vient exactement des 35° à 25°”

L’opérateur radioamateur : “Si vous allez trop loin à l’est … Je vais jeter un oeil … Je ne peux pas vous donner trop d’informations. Cela pourrait vous amener à être disqualifié et je ne veux pas le faire. Le vent est à un angle de 45°… tout comme le trou d’air.”

Randmaa: “Je dois donc me déplacer à nouveau vers le nord-ouest?”

L’opérateur radioamateur : “Certainement. Pas trop à l’est pour le moment.”

Le président de la course, Don McIntyre, a expliqué: « Il s’agit d’une course rétro dans laquelle les skippers sont limités à l’utilisation de sextants, de cartes en papier et de chronomètres mécaniques à remontoir, exactement comme Sir Robin Knox-Johnston l’avait fait lors de la première course du Golden Globe Sunday Times, il y a 50 ans. Tous les équipements numériques sont interdits, y compris les téléphones satellite et GPS. Les skippers ne peuvent communiquer que via la radio BLU et le réseau des radioamateurs, que le monde entier peut écouter s’ils le souhaitent. La GGR a attiré des centaines d’opérateurs radioamateurs dans le monde entier pour écouter et communiquer avec les skippers. Ils jouent un rôle précieux de réseau de communication pour les concurrents. Mais les skippers savent que, même s’ils peuvent demander des informations météorologiques publiques, le routage météorologique, et les indications sur les endroits où aller, sont strictement interdites.

La Direction de course a accepté les explications d’Uku Randmaa selon lesquelles il n’avait pas vraiment compris que les informations reçues étaient du routage et a réduit la pénalité de disqualification à une pénalité de temps de 72 heures.

Il a en partie purgé sa pénalité cette nuit, mais suite à une demande de remise du reste de sa pénalité, fondée sur le fait qu’il ne lui reste que très peu de nourriture pour les derniers 2 000 milles jusqu’à l’arrivée aux Sables d’Olonne, la Direction de course a décidé que Randmaa pouvait poursuivre sa course et que le reste de son temps de pénalité – 65 heures et 40 minutes – sera ajouté à son temps final. »

Uku a attrapé un autre Marlin le week-end dernier, équivalent à trois jours de nourriture, mais ses stocks à bord sont désormais réduits à :
60 cuillères de riz,
20 paquets de soupe déshydratée,
23 plats lyophilisés,
15 sachets de thé
Quatre cuillères de sucre

La dernière ETA annoncée pour le retour d’Uku est le 13 mars prochain aux Sables d’Olonne. Il doit donc tenir encore 21 jours!

Cliquez ici pour télécharger l’enregistrement radio

Cliquez ici pour lire la décision officielle

Istvan Kopar, 422 milles derrière Uku Randmaa en terme de distance à l’arrivée, a rapporté que la barre d’urgence de son Tradewind 35 Puffin s’était cassé vendredi dernier, et qu’il était désormais contraint d’utiliser son gouvernail de secours. Ses problèmes de santé persistent également avec un abcès dentaire douloureux, une infection fongique sous les ongles et la croissance de moisissures dans les conditions humides du pont inférieur, ce qui ternit son moral. Compte tenu de ces problèmes de direction, le comité de course a accepté d’ajouter la pénalité due de 24 heures, datant de son arrêt dans les îles du Cap-Vert pour réparer son régulateur d’allure. Elle sera désormais rajoutée à son temps final au lieu d’être purgée dans la zone de pénalité.

À la 5ème place, Tapio Lehtinen, progresse rapidement le long de la côte sud-américaine malgré la prolifération des bernacles sur son Gaia 36 Asteria. Il a signalé le week-end dernier que les bernacles grandissent maintenant en bouquets s’étendant jusqu’à 30 cm autour de la quille, ce qui doit considérablement ralentir sa vitesse. Mais pas assez, semble-t-il pour que le Finlandais n’arrive à surmonter sa peur des requins et à plonger par-dessus bord pour nettoyer la coque. Son retour aux Sables d’Olonne est prévu le 14 mai pour le moment.

Asteria est toujours au coude à coude avec le Suhaili dans sa course virtuelle autour du monde contre Sir Robin Knox-Johnston. Le voilier de Lehtinen a une avance de 74 milles aujourd’hui sur le tracker, mais c’est contre la dernière position relative du Suhaili qui date de quatre jours. Tapio se trouve donc en réalité entre 3 et 400 milles derrière la trace du Suhaili...

pic
pic
pic
pic