facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

227ème JOUR – La 3ème place encore en suspens

Uku Randmaa a résolu ses problèmes de gréement et de blessure au doigt mais voit son avance sur Istvan Kopar diminuer
Kopar compose avec un pilote d’urgence et des problèmes de santé
Tapio Lehtinen a bien avancé après son passage du Cap Horn mais il est maintenant freiné par des filets de pêche et par une zone de calmes

Dateline: 14:00 UTC – 13/02/2019 Les Sables d’Olonne.

Il y a eu de bonnes et de mauvaises nouvelles pour Uku Randmaa, le 3ème de la course à bord de son Rustler 36 One and All. Actuellement à 2500 milles de la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne, le skipper estonien a résolu son manque de nourriture en attrapant deux gros marlins la semaine dernière, ce qui complétera ses rations de nourriture lyophilisée jusqu’à la fin de la course.

Pas terrible, avec un hauban arrière du mât qui a lâché le 9 février et qui a fait perdre des milles au 4ème de la course, Istvan Kopar qui profite actuellement des mêmes alizés et se positionne à 433 milles de distance à l’arrivée par rapport à son prédécesseur.

Comme on pouvait le voir sur le tracker One and All faisait une route en zig zag, Randmaa a dû monter au mât par deux fois pour remplacer une drisse et ce faisant, il s’est fait une coupure profonde au doigt. La blessure s’est infectée depuis et il a dû demander un avis médical à l’équipe de télémédecine 24/24 de la GGR au Medical Support Offshore, le week-end dernier.

Il soigne maintenant sa blessure quotidiennement et les médecins contrôlent sa guérison.

Kopar, qui recherche toutes les occasions pour rattraper Randmaa, a aussi des soucis de santé. L’hongrois-Américain souffre d’un abcès dentaire et d’une mycose sous les ongles des mains. Il a lui aussi appelé pour avis les médecins du MSOS, il prend maintenant un traitement antibiotique contre la douleur dentaire et il utilise une crème antiseptique pour ses doigts.

“Je n’ai pas pu aérer le bateau dans les Mers du Sud et maintenant l’intérieur est couvert de moisissures” a-t-il rapporté lundi en ajoutant “Le moisi est partout : sur le contreplaqué, sur les sacs à voile, partout ! Cela devient un problème sanitaire préoccupant qui pourrait affaiblir ma résistance aux infections. Je nettoie tout à la javel mais ça n’a pas l’air de servir à grand’chose.”

Les autres problèmes à bord du Tradewind 35 le Puffin d’Istvan sont surtout ceux du pilote

Les dents du pignon de la boîte de vitesse, reliant le gouvernail au pied de la roue, sont très abîmées et «sautent» à chaque fois qu’il est surchargé, Istvan a donc retiré l’installation et fabriqué une nouvelle barre avec des matériaux trouvés à bord pour remplacer celle qui a cassé il y a plusieurs mois. Il a depuis fait en sorte de l’attacher au régulateur d’allure de Puffin.

“Aujourd’hui je suis très fier de ma nouvelle barre. J’ai dû fabriquer une nouvelle clé à partir d’un morceau de gréement et je l’ai glissé à la main pour que cela corresponde parfaitement.

La barre est très longue donc le challenge maintenant c’est de circuler dans le cockpit parce que cela gêne tout mouvement. Je garde ma ligne de survie accrochée et comme c’est encombrant, je pense à suivre des cours de yoga ! dit-il en plaisantant, et il ajoute : “La question est de savoir si la barre va tenir jusqu’à la fin. Il y a une pièce en bois qui pourrait se casser sous la pression et je n’ai plus de résine époxy.”

Il a aussi trouvé une solution pour un autre problème- stopper la fuite au niveau de la mèche du gouvernail dans le bateau. ”J’ai découpé ma bouilloire pour faire une gouttière qui a stoppé les gouttes d’eau” a-t-il rapporté.

Le Finlandais Tapio Lehtinen, en 5ème position à bord de son Gaia 36 Asteria, a passé le Cap Horn le 6 Février et a gagné du terrain ces 9 derniers jours malgré sa coque infestée de bernacles. Il devra garder le moral dans les jours à venir premièrement à cause d’une flotte de chalutiers en pêche droit devant son Astéria– au moins 150 fileyeurs- pêcheurs de fonds à 100 milles Est de Puerto Deseado, Argentine. Le deuxième souci c’est une zone de calmes annoncée dans sa direction demain, ce qui ralentirait sa progression vers le Nord.

C’est ennuyeux car dans la course virtuelle entre Tapio et celle de Sir Robin Knox-Johnston il y a 50 ans, le gagnant de 1968-69 a 300 milles d’avance, quand vous comparez la position de Suhaili le 9 Février avec celle d’Asteria aujourd’hui.

Projets pour la Golden Globe Race 2022.

Les organisateurs de la GGR sont en pourparlers avec Les Sables d’Olonne Agglomération pour l’accueil du départ et de l’arrivée de la Golden Globe Race 2022. Le port français, qui accueille aussi la course du Vendée Globe, est devenu un site mondial de la course au large en solitaire, et souhaiterait répéter l’aventure commerciale dans 3 ans. Yannick Moreau, le Maire des Sables d’Olonne a déclaré cette semaine :

“L’arrivée de la Golden Globe Race a de nouveau montré la liaison étroite entre la culture maritime et les gènes du territoire des Sables d’Olonne. L’accueil de Jean-Luc Van Den Heede et de Mark Slats à leurs arrivées, par une foule immense, restera dans les annales de l’histoire de la course à la voile en solitaire. Ce succès est le fruit de la collaboration étroite entre l’Agglomération des Sables d’Olonne et l’équipe d’organisation GGR de Don McIntyre.

D’excellent augure avant d’envisager une nouvelle édition en 2022.

Nous ne devons pas oublier non plus qu’il reste encore trois marins en course. C’est notre devoir de les accueillir comme il se doit. Mais je ne doute pas que les Sablais sauront aussi répondre présent à l’occasion de leur retour à terre.”

Don McIntyre, Président de la Golden Globe Race, a ajouté “Un port d’accueil pour le prologue de la course 2022 au Royaume-Uni ne peut être évoqué avant la fin des négociations sur le BREXIT. Une fois qu’un accord sera trouvé entre la Grande-Bretagne et l’Europe, nous ferons des démarches pour trouver un partenaire enthousiaste à l’idée de célébrer la course originelle de 1968/9. Dans les semaines qui viennent, les officiels de la GGR débuteront les discussions avec Les Sables d’Olonne sur la possibilité d’envisager l’édition 2022 dans ce port français. Leur soutien et leur passion pour la GGR 2018 est admirable et nous espérons être ici pour la prochaine édition. Nous sommes très reconnaissants de l’accueil chaleureux qui nous a été réservé par les officiels et le public”.

Position des skippers à 08:00 UTC le 13.02.19

  1. Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut    Finished   211d 23h 12m 19s
  2. Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick  Finished  216d 00h 18m 30s Inc. 36h penalty
  3. Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All
  4. Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin
  5. Robin Knox-Johnston (GBR) Suhaili virtual race position in 1969 (9th Feb)
  6. Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria

CHICHESTER CLASS

  1. Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda

RETIRED

  1. Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter
  2. Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha
  3. Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II
  4. Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim
  5. Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
  6. Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna
  7. Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance
  8. Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya
  9. Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007
  10. Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland
  11. Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight
  12. Mark Sinclair (AUS) Lello 34 Coconut
pic
pic
pic
pic