facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr

JOUR 96 – ALERTE ACTUALITE

ETA Jean-Luc Van Den Heede à la Porte de Hobart pour l’échange de films : 22H Vendredi heure locale en France et 6H Samedi, heure locale en Australie

Date 10:00 UTC 5.10.2018 – Les Sables d’Olonne, France

A 08:00 UTC Vendredi, le leader de la course Jean-Luc Van Den Heede était à 40 milles de la porte de Hobart au BoatShed.com Drop Point, point d’échanges de films et de lettres en Tasmanie(AUS), son Rustler 36 Matmut avançant à 3, 7 noeuds. Le skipper de 73 ans est attendu dans la Baie de Storm et devrait passer les bouées de la porte juste après le lever du jour à samedi 5h, heure locale en Australie, et vendredi à 22h, heure locale en France.

Tous les skippers doivent passer les bouées d’une ligne face à la plage de Kingston et rester au-delà au minimum 90 minutes pour passer leurs films et lettres, être interviewés par la presse et échanger avec leur famille et les membres de la team. Personne ne peut monter à bord ou prêter assistance et le skipper ne peut pas descendre de son bateau.

Chaque skipper sera interviewé en direct par le Président de la course et répondra aux questions des media présents aux Sables d’Olonne au PC Course. Ces interviews seront diffusées en direct sur Facebook www.facebook.com/goldengloberace et le direct de l’arrivée de Jean-Luc commencera 30 minutes à l’approche de son passage de la ligne.

Des nouvelles des 2 bateaux GGR abandonnés en mer suite aux sauvetages d’Abhilash Tomy et de Gregor MCGuckin

L’Irlandais Gregor McGuckin n’a fait aucune mention de l’abandon de son bateau, le Hanley Energy Endurance, à sa conférence de presse à Perth Lundi et il n’a pas été disponible pour faire des commentaires à ce sujet depuis. Le 26 septembre, Neil O’Hagen, porte-parole de Team Ireland a fait paraître le constat suivant (publié aussi par la GGR) : “Pendant l’évacuation contrôlée du bateau Hanley Energy Endurance, McGuckin a été tenu de laisser le bateau flotter. Le patrouilleur de pêches français Osiris a informé McGuckin que couler le bateau était contraire aux règlements internationaux maritimes. Par conséquent, McGuckin a libéré le pont de tous les débris qui pouvaient être enlevés, il a sécurisé les équipements à bord et a vérifié la marche de la balise AIS. Les batteries de l’AIS sont solaires et devraient rester en marche sans autre assistance afin d’éviter les risques de collision pour les autres navires. D’autres actions de prévention ont été aussi effectuées pour s’assurer que la petite quantité d’essence à bord soit isolée.  »

Le même jour le Capitaine Dilip Donde, manager de la course d’Abhilash Tomy a annoncé qu’il y avait un plan de sauvetage pour le bateau de Tomy, le Thuriya laissé à la dérive dans l’Océan Indien quand Tomy a été secouru par l’équipage du patrouilleur français de pêches, l’Osiris. « Le projet de la Marine Indienne est de remorquer le Thuriya jusqu’à l’Ile de St Paul à quelques 40 milles au Nord et de laisser une équipe le réparer et le faire naviguer jusqu’à son pays”. La Marine Indienne n’a fourni plus d’information.

Les organisateurs de la GGR pensent que le patrouilleur français l’Osiris n’autorise pas de couler les bateaux car les eaux entourant les îles du Sud de l’Océan Indien font partie d’un Parc International Maritime et sont donc protégées de toute pollution intentionnelle par la Loi. La responsabilité du futur de ces bateaux incombe aux skippers et non aux organisateurs de la course.

Le Commandant Abhilash Tomy est attendu en Inde demain et donnera des nouvelles sans doute de son bateau.