facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

Jour 122 – Susie Goodall 4ème à la porte de passage de Hobart

Istvan Kopar ETA samedi à la Porte de passage Boatshed.com de Hobart
Des nouvelles rassurantes d’Igor Zaretskiy

Dateline 12:00 UTC 31.10.2018 – Hobart, Tasmania

Susie Goodall, skipper de 29 ans et concurrente de la Golden Globe Race, a profité de son arrêt obligatoire à Hobart pour réparer son régulateur d’allure et pour plonger sous le bateau afin de nettoyer les bernacles accrochées sur la coque de son Rustler 36, DHL Starlight.

En forme, souriante et détendue, elle est restée au mouillage pendant 12 heures, profitant de l’opportunité pour essayer de se reposer au cours de la nuit avant de commencer les travaux d’entretien du bateau à la première heure

Les bernacles n’avaient pas autant proliféré que sur One and All, le bateau d’Uku Randmaa, observés lorsque vendredi dernier le marin estonien classé 3e avait franchi la porte du point de dépose des films BoatShed.com à Hobart.
« Je continue à aller dans l’eau pour frotter le fond chaque fois que je c’est calme, alors ça ne devrait pas devenir si grave. » Expliqua-t-elle avant de mettre une combinaison de plongée pour se glisser sous la coque. Deux heures plus tard, au prix d’une brosse à récurer et d’un tuba tombés au fond de l’eau, Susie a de nouveau déclaré que la coque était propre.

On pensait que les problèmes avec son régulateur d’allure étaient plus sérieux, mais après avoir débloqué le système à l’arrière du bateau, il n’a fallu que 20 minutes pour réaligner les pignons afin de pouvoir diriger à nouveau le bateau correctement dans le vent .

Racontant son aventure depuis le début de ce tour du monde en solitaire depuis Les Sables d’Olonne le 1er juillet, Goodall, la seule femme et le plus jeune concurrent de la course, a plaisanté : «L’océan Indien vient d’être affreux. Le Pacifique se fera sous un ciel bleu avec des vents arrière de 25 nœuds jusqu’au Cap Horn. »

C’est la tempête survenue dans l’océan Austral, il y a deux semaines, qui reste la plus vive dans son esprit. “C’était brutal – Il m’a fallu une semaine pour récupérer! Les vagues venaient de quatre directions différentes et je continuais à être frappée. Je luttais vraiment avec le régulateur d’allure qui avait été tordu et qui ne pilotait plus sous le vent. Je devais tenir la barre à la main pour maintenir le bateau face aux vagues, mais malgré cela, des vagues venaient frapper de côté. Même un fois le plus gros passé, j’ai encore été couchée par la houle confuse. »

Les leçons ont été apprises et, à la suite de cette expérience dans des vents de 70 noeuds et des houles de 15 mètres, Susie a changé de tactique pour la tempête. «Chaque tempête est différente et, avant celle-ci, je déployait un leste pour ralentir le bateau. Je ne sais pas pourquoi, mais lors de la dernière tempête, j’ai tout simplement laissé traîner des chaînes et barré à la main pour maintenir le bateau et cela semblait aller mieux. Ma tactique était de laisser le bateau naviguer à travers, mais cette fois, je ne pouvais pas.»

Privée des communications numériques modernes tout au long de cette course rétro, Susie a au moins eu l’occasion de discuter en direct avec sa famille au Royaume-Uni, grâce à l’un de ses supporters qui brandissait son iPad pour renvoyer un lien FaceTime en direct à la maison.

Des milliers de sympathisants lui ont envoyé des messages de bonne chance et de nombreuses questions, dont certaines lui ont été lues.

« Harry » a envoyé une proposition de mariage. «Prince Harry?» Demanda-t-elle avec optimisme.

Quels ont été les moments les plus difficiles? Un autre a demandé. «Être encalminée».

L’océan est-il un ami ou un adversaire? « L’océan est un ami qui me tourne le dos de temps en temps ».
Quelles ont été les meilleurs moments du voyage jusqu’à présent? “Il y a eu beaucoup de bons moments – passer le cap de Bonne-Espérance a été un moment fort »

Quel a été le gadget le plus utile à bord? « Un lecteur cassette portable »

Qu’est-ce qui vous manque le plus à bord? “Nourriture fraîche, mon iPad et mon Kindle”

Combien d’eau avez-vous encore? «Un mois d’approvisionnement, pas assez pour aller jusqu’au cap Horn. J’espère qu’il va pleuvoir.”

Quel sera votre premier repas à votre retour aux Sables d’Olonne? “Une grande salade, des fruits, un plat de brocoli cuit à la vapeur, une pizza et un verre de vin rouge.”

Susie a repris la route à 02h00 UTC pour traverser la mer Tasmane et se diriger vers le Pacifique Sud à destination du Cap Horn, sachant qu’une nouvelle tempête est attendue dans trois jours dans l’océan Austral.

Cliques ici pour voir une interview en direct avec Susie Goodall

Prochaines arrivées à Hobart

Les prochains arrivants à Hobart seront samedi, l’Américain / Hongrois Istvan Kopar, à bord de son Tradewind 35 Puffin, suivi du Finlandais Tapio Lehtinen et de son Gaia 36 Asteria. Son moteur ne fonctionne plus et sa coque est recouverte de bernacles. Il pourrait donc lui être difficile de se rendre à Storm Bay et de s’amarrer sans assistance extérieure.

Des nouvelles rassurantes d’Igor Zaretskiy

Pendant ce temps, l’inquiétude concerne le skipper russe Igor Zaretskiy à la 8ème place, qui a été distancé de presque 7 000 milles par Jean-Luc Van Den Heede, leader de la course, mentionnant dans son dernier rapport la réparation d’un étai cassé à bord de son Endurance 35 Esmeralda.

«Nous sommes maintenant totalement opérationnels avec Esmeralda. J’ai terminé la réparation. Il a fallu quatre jours de contemplation et d’attente d’un temps clément. J’ai collé l’oeil sur l’étai et l’ai fixé dans l’œillet au sommet du mât.

J’ai eu la chance d’avoir un peu de calme le matin, j’ai pris deux ris dans la grand voile, j’ai hissé le tourmentin, puis me suis mis à la cape.
J’ai travaillé dessus pendant plus de quatre heures.
À la fin, il a fallu une heure et demie pour descendre du mât. Je n’ai jamais été aussi fatigué de ma vie.

J’ai glissé une douzaine de fois, accroché à la ligne de sécurité. Que puis-je dire – ces pieds sur le mât, comme des étriers, ne sont pas fait pour ce travail. Ils vous casse la cheville quand vous vous faites balancer autour du mât. Mieux vaut avoir une échelle pliante. Tirer toutes les drisses, d’un cran en dessous fut la touche finale qui a mis fin au travail lors de la descente.
J’ai fait un essaie avec le yankee réglé pour 24 heures. L’étai tient bien. Revenant maintenant sur la bonne route, car je suis trop loin au nord.

J’ai affalée la mizzen car elle déséquilibrait trop le bateau vers l’avant.. Maintenant, j’ai le petit foc et le tourmentin et un ris dans la grand voile. Le prochain sur la liste est de réparer la trinquette. J’étais sur le point de le faire juste avant que l’étai ne lâche. Certains disent que j’aurais mieux fait de mettre en place un système d’enrouleur de voiles. J’essaie maintenant d’imaginer ce qui se serait passé si l’étai avait été cassé avec tout l’engrenage de l’enrouleur. En l’état, je venais de libérer la drisse puis de récupérer la trinquette. Avec une voile d’avant enroulée sur le hauban, cela aurait été un désastre.

Quand j’ai grimpé au mât, une énorme baleine a fait surface juste à côté du bateau. Une belle créature.

Pour ce qui est des provisions. Manque de sucre, mais il y a suffisamment de sucettes et de petit pois pour nourrir une armée.

C’est une bonne journée aujourd’hui. Le soleil brille, l’océan est bleu, les vagues mesurent environ 2 m.

Le front froid est passé. J’étais tellement fatigué d’avoir travaillé sur le mât que je me suis glissé dans le sac de couchage et que je n’ai rien pu faire pendant trois jours, même pas tenir un crayon. Tenir une cigarette impliquait les deux mains, et je me suis senti comme un gros hématome. « 

Igor Zaretskiy

Positions des skippers de la flotte GGR à 08:00 UTC 31.10.18

  1. Jean- Luc VDH (FRA)Rustler 36 Matmut
  2. Mark Slats (NED)Rustler 36 Ohpen Maverick
  3. Uku Randmaa (EST) Rustler 36 One and All
  4. Susie Goodall (GBR) Rustler 36 DHL Starlight
  5. Istvan Kopar (USA) Tradewind 35 Puffin
  6. Tapio Lehtinen (FIN) Gaia 36 Asteria
  7. Mark Sinclair (Aus) Lello 34 Coconut
  8. Igor Zaretskiy (RUS) Endurance 35 Esmeralda

RETIRED

  1. Ertan Beskardes (GBR) Rustler 36 Lazy Otter
  2. Kevin Farebrother (AUS) Tradewind 35 Sagarmatha
  3. Nabil Amra (PAL) Biscay 36 Liberty II
  4. Antoine Cousot (FRA) Biscay 36 Métier Intérim
  5. Philippe Péché (FRA) Rustler 36 PRB
  6. Are Wiig (NOR) OE 32 Olleanna
  7. Gregor McGuckin (IRE) Biscay 36 Hanley Energy Endurance
  8. Abhilash Tomy (IND) Suhaili replica Thuriya
  9. Francesco Cappelletti (ITA) Endurance 35 007
  10. Loïc Lepage (FRA) Nicholson 32 Laaland

 

pic
pic
pic
pic