facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube
flickr
Voir toutes les news

Les frères Dalton affrontent le Golden Globe et la Coupe de l’America!

L’un navigue dans le défi de voile le plus rapide, le plus sophistiqué et le plus prestigieux au monde, partout en quelques minutes! L’autre tente la course la plus longue, la plus solitaire, la plus exigeante et la plus lente, pour tout individu dans n’importe quel sport de la planète. La famille Dalton veut tout !! Avec l’America’s Cup à quelques jours de là et la troisième édition de l’éprouvante course solo de huit mois du Golden Globe Race à partir de l’année prochaine, le contraste est extrême.

Graham Dalton, le frère aîné du champion néo-zélandais de la Coupe de l’America, Grant Dalton, va participé à la Golden Globe Race 2022. Le dur de 66 ans d’Auckland a une tâche inachevée: naviguer en solo autour du monde et gagner!. Deux tentatives précédentes se sont soldées par une déception. Dans le Velux 5 Oceans 2003, une circumnavigation en solo à quatre arrêts, il a été démâté près du cap Horn et en 2007, il a terminé la même course mais en dehors du temps imparti.

Grant Dalton, quant à lui, a participé à toutes les grandes courses internationales de l’océan et a gagné, y compris la Whitbread Around the world Race et bien sûr la Coupe de l’America. Il a touché ses étoiles. Son grand frère a son rêve depuis son enfance. Inspiré en tant qu’écolier par la circumnavigation en solo de Sir Francis Chichester dans Gypsy Moth IV en 1966/7, il se souvient: «Beaucoup de parents de mon ami avaient des yachts et leurs garçons parlaient de l’aventure de Chichester dans la cour de récréation en disant: «Je vais faire – faire le tour du monde». Je savais qu’ils ne le feraient pas, mais j’ai pris un engagement – et chaque jour depuis, c’est mon objectif. « 

Mais participer au prochain tour du monde en solitaire non-stop de la GGR, au départ des Sables d’Olonne, en France, le 4 septembre 2022, n’a pas été simple. Après avoir été démâté, souffert de gouvernails cassés, de voiles déchirées, de 4 côtes fracturées et d’une intoxication alimentaire chronique lors des tentatives précédentes, Graham dit: «Cette fois, j’ai attendu jusqu’à ce que je me dise que je voulais recommencer trois jours de suite. Il a fallu un certain temps pour le résoudre. »

La décision n’a été prise qu’après beaucoup d’introspection et d’auto-analyse. Graham est un personnage déterminé, tenace avec une grande confiance en soi, – de nombreux attributs partagés avec son jeune frère Grant. La grande différence entre les deux est que si Grant est heureux de courtiser les projecteurs des médias, Graham ne l’est pas. «Je préfère ne pas avoir de publicité. Je n’en ai pas besoin car je n’aurai pas de sponsor. C’est juste une distraction dont je peux me passer », dit-il. Si c’était possible, je sens qu’il préférerait se présenter au début habillé comme le lutteur masqué japonais anonyme The Great Sasuka et affronter tous les challengers. Il est plus heureux avec sa propre entreprise et un projet sur lequel se concentrer. Les médias et le contact avec le monde extérieur – même les concurrents – dont il se passerait tout aussi volontiers. L’état d’esprit parfait pour un marin solitaire pourrait-on dire.

Mais la troisième fois, Graham a posé des questions – à lui-même et aux autres. L’une d’elles concerne la préparation mentale. Un bon ami américain qui avait passé 23 ans en tant que US Navy Seal a conseillé: «  Les courageux ne vivent pas éternellement, mais les prudents ne vivent jamais.  » Il a maintenant l’inscription sur le mur de son bureau, chez lui, à côté d’une pièce en titane, fracturée, souvenir de son dernier yacht écrasé par une vague pour rappeler ce qui peut se passer en mer. Et le message? Je ne serais pas surpris si cela ne finissait pas sur une cloison dans son yacht pour renforcer son état d’esprit lorsque les choses tournent mal, car elles le feront sans aucun doute à un moment donné au cours de cette bataille de 30 000 milles contre les éléments.

Un autre mentor est Jean-Luc Van Den Heede, le marin français de 73 ans qui a dirigé la Golden Globe Race 2018 depuis le cap de Bonne-Espérance jusqu’à l’arrivée. Graham a acheté le Rustler 36 Matmut de Van Den Heede, qui a amélioré de 100 jours le temps de victoire de Sir Robin Knox-Johnston lors de la première Golden Globe Race du Sunday Times en 1968/19. Il a non seulement acheté le yacht gagnant, mais espère bénéficier des connaissances et de l’expérience acquises par le 6 fois circumnavigator solo Jean-Luc.

Si les restrictions de voyage liées au coronavirus le permettent, Dalton prévoit de se rendre en France en mai pour terminer les essais d’aménagement et de navigation du yacht avant de se lancer dans l’Atlantique pour une voile de qualification de 2000 milles en solo pour dissiper tous les doutes persistants. «J’ai quelques idées pour rendre Matmut encore plus rapide. Je n’ai aucun intérêt à faire le tour du monde à nouveau. C’est l’aspect concurrentiel qui séduit vraiment. Je suis entré dans la GGR pour gagner, et sans distractions, je pense que je peux. «  Il dit.

Son frère Grant est du même état d’esprit. Il a relevé le plus grand défi de voile high-tech au monde et a gagné. Dans les prochains jours, il remet tout cela en jeu. Les rêves ne sont pas plus grands! Les conversations familiales doivent être assez intéressantes!

Prend fin

pic
pic
pic