UK Flag French Flag

Casse de régulateur pour Damien Guillou, Simon Curwen coincé à mi- mât dans la GGR

Image ci-dessus : La mèche du régulateur de PRB s’est cassée au niveau de la tête du safran. Damien a toutes les pièces de rechange à bord mais a besoin d’une mer plate pour réparer. Crédit photo : Nora Havel/GGR2022

  • Simon Curwen bloqué dans son mât, et régulateur cassé pour Damien Guillou.. 
  • Tapio en tête, mais l’est-il vraiment ? Cape Town favorise les yachts positionnés à l’est.
  • L’anticyclone de Ste Hélène redistribue les cartes pour les premiers, ceux du nord ayant moins de route à parcourir.
  • En l’absence de cartes météo, les marins se fient au baromètre et aux variations de vent pour trouver l’anticyclone de Ste Hélène.
  • L’arrière-garde progresse bien dans des vents soutenus, Michael et Elliott établissent leurs records personnels.

Les cartes sont rebattues et les casses se multiplient, alors que l’Atlantique Sud met à l’épreuve bateaux et marins en route vers les mers du Sud, et la prochaine porte photo au Cap.

L’hémisphère sud n’a pas été très accueillant, et la flotte fait face à une mer confuse de plus de 4 mètres, et des vents de 15 à 20 nœuds, avec des rafales à 40 nœuds.  Les bateaux et les marins ont payé un lourd tribut : des skippers se sont blessés et plusieurs bateaux ont subi des avaries.

Damien Guillou (FRA) a appelé le PC de la GGR cet après-midi pour signaler que la mèche de son régulateur d’allure s’était cassée juste au-dessus du safran. Le safran était sécurisé par un bout et n’a donc pas été perdu. Damien continue de naviguer au près sans pilote. Il a emporté avec lui un système complet de régulateur en pièces détachées, dont une mèche et une pelle de safran neuves. Il doit maintenant démonter l’aérien et la transmission, retirer la mèche cassée et la remplacer, avant de remonter la transmission. Plus facile à dire qu’à faire, surtout en mer, d’autant qu’il devra passer à l’eau pour remonter le safran. 

Il est confiant de pouvoir réparer, mais les conditions ne sont pas favorables pour le moment. Ce type d’avarie est très inhabituel pour un Hydrovane et l’agent local a suggéré qu’il pourrait s’agir de la première rupture de ce type dans l’histoire de ses produits. Tous les participants de la GGR, sauf deux, utilisent le même système. C’est le deuxième problème de ce type rencontré par Damien. Il était retourné aux Sables d’Olonne pour réparer, et renforcer les bras de fixation de son régulateur, repartant avec six jours de retard sur la flotte.

Damien est évidemment déçu et se demande s’il ne pousse pas trop la mécanique dans des conditions assez dures? Il faudra plusieurs jours avant que les conditions de vent et de mer ne s’améliorent pour permettre une réparation. Il sait qu’il approche de l’anticyclone de Sainte Hélène et visera la zone de calme pour sa réparation, avec l’île de Tristan da Cunha comme alternative. 

Il sait également où se trouvent Kirsten et Abhilash à qui il a parlé à la BLU, et où il se situe par rapport à eux, très impatient de revenir dans le jeu. En réalité, il n’a repris que 70 miles sur le premier (actuellement à 480 milles) depuis le cap Finisterre, mais il a dépassé de nombreux concurrents plus lents. Dans les prochains jours, sa chance pourrait tourner à mesure que le vent adonne au nord, lui permettant une route Est plus directe vers Cape Town, en lui épargnant plusieurs jours de navigation vers le Sud que les premiers ont dû faire.

Crédit photo : Nikki Curwen/GGR2022

Simon Curwen (UK), premier sorti du pot au noir, a cassé sa drisse de génois en entrant dans l’hémisphère sud et avait décidé de s’abriter du vent et de la mer sous le vent de l’île de Trindade. Là, il est monté en haut du mât pour réparer, en vain, se faisant ballotter et se blessant au passage. Il a finalement décidé de continuer avec son génois sur étai largable jusqu’au Cap et d’y chercher un abri pour réparer avant de s’aventurer dans l’océan Indien.

Je me suis fait un peu mal, ça n’est pas assez abrité derrière cette petite île ! J’étais à la cape et suis monté dans le mât pendant deux heures. En redescendant, ma chaise de calfat a commencé à faillir, j’ai dû me libérer et redescendre la moitié du chemin en escalade libre.

raconte Simon à Don lors de son appel hebdomadaire.

Abhilash Tomy (IND) qui est resté au contact du premier toute la semaine a subi une fuite de gaz qui est maintenant réparée, et Pat Lawless (IRL) a cassé une drisse de solent la nuit dernière dans des grains de 40 nœuds. Il a changé de voiles comme il l’a expliqué dans son tweet quotidien, et réparera sa drisse plus tard quand les conditions se seront améliorées. Ertan Beskardes (UK) a toujours des problèmes de batteries mais est heureux de naviguer dans du vent frais. Ian Herbert-Jones (UK) a réparé ses chariots de lattes de grand-voile, et Elliott Smith (USA) souffre de fuites importantes au niveau du pont à tribord, sur ce long bord bâbord amure venté vers Trindade.

L’anticyclone de Sainte Hélène joue des tours à la tête de flotte. Si Simon et Abhilash ont dû descendre jusqu’à 30° Sud pour trouver des vents adonnants, permettant une route plus directe vers Le Cap, ce n’est pas le cas de ceux qui les suivent !

Tapio Lehtinen (FIN), 250 milles au nord de Simon, a pris une route plus à l’est juste après Trindade, se rapprochant du Cap, lui arrachant la première place et menant la flotte vers l’Afrique du Sud ! Damien Guillou (FRA) a fait la même chose 250 milles plus au nord et a pris la 4ème place en dépassant Kirsten Neuchäfer (RSA) et Abhilash Tomy (IND)!

Tapio a bien navigué depuis le premier jour, et sa position à l’Est lui a permis de ravir la première place à Simon cette semaine ! Crédit photo : Christophe Favreau/PPL/GGR

Tapio nous a dit lors de son appel hebdomadaire.

It’s great here, the sailing conditions couldn’t be better, I don’t understand why we don’t always sail in this latitude! I know that the high pressure is approaching and conditions might be tricky later on, but for the moment It’s absolutely perfect weather!

Tapio Lehtinen (FIN)

Aujourd’hui, le classement place Tapio 1er, Simon 2ème, Pat 3ème, Damien 4ème, et à l’ouest d’eux Abhilash 5ème et Kirsten 6ème, mais ce n’est qu’une partie de l’histoire.

Le tracker de la cartographie calcule la distance jusqu’au prochain waypoint à l’est en Afrique du Sud, mais pour l’instant il faut aller vers le sud pour avoir une position dominante. Le classement ne prend pas en compte le contexte météorologique. Durant les quatre prochains jours, la réalité va se manifester et le classement va changer

Don McIntyre, fondateur et président de la GGR.

Simon Curwen (UK) et Tapio Lehtinen (FIN), plus au sud et à l’est, ont été les premiers à bénéficier de vents adonnants et à changer de cap, progressant ainsi vers Cape Town, tandis que la position à l’ouest d’Abhilash Tomy (IND) et de Kirsten Neuschäfer (RSA) les pénalise dans la distance qui les sépare de la prochaine marque, mais aussi vis-à-vis de Damien Guillou (FRA) qui a gardé une trajectoire tendue, aussi est que possible juste après le passage de Trindade.

Abhilash Tomy a fait des chronos fantastiques les deux dernières semaines, en abattant pour gagner en vitesse, traversant la flotte d’est en ouest. Une position qui pourrait lui coûter cher dans les jours à venir. Crédit photo : Nora Havel/GGR2022

L’anticyclone se déplaçant rapidement vers le nord-est, signifie pour les derniers qui contournent Trindade, qu’ils pourront couper au plus court vers Cape Town sans rallonger leur route vers le sud. C’est particulièrement vrai pour Damien Guillou (FRA), Ertan Beskardes (UK), Michael Guggenberger (AUT) et Jeremy Bagshaw (RSA). Après eux, la situation sera différente et plus imprévisible.

Aucun des participants n’a été en mesure d’imprimer une carte Weatherfax utilisable, ils s’appuient donc sur les outils du bord et leurs observations, en regardant la hausse de la pression barométrique et les variations du vent pour positionner l’anticyclone de Sainte Hélène.

J’ai laissé tomber Rio après avoir essayé tant de fois, mais je commence à recevoir les prévisions météo d’Afrique du Sud, je vais peut-être pouvoir obtenir une carte de leur part à un moment donné

Kirsten nous a dit aujourd’hui

Avec leur accès limité à l’information, les marins savent malgré tout où ils se trouvent et peuvent se positionner par rapport aux autres en échangeant sur la BLU.

Pat Lawless a cassé une drisse de solent, mais son genou, ses côtes et son épaule vont mieux ! Crédit photo : Nora Havel/GGR2022

Au nord de la marque Trindade, les marins vont bien et apprécient curieusement leur long bord de près humide vers le sud après avoir souffert si longtemps dans le pot au noir. Ian Herbert-Jones (UK) est ravi de sa progression et a senti la pression d’Arnaud Gaist (FRA) qui l’a brièvement dépassé à la sortie.  Elliott Smith (USA) a régulièrement affiché des moyennes journalières de plus de 140 milles, battant son record personnel de 159 milles lundi dernier, et peut-être son record de 7 jours en cours. Plus important encore, il a retrouvé le moral après une expérience difficile dans la zone de convergence intertropicale.

Arnaud est ravi d’être en mer, de “se retrouver à l’état sauvage”, tout en passant brièvement Ian en quittant le pot au noir à bonne vitesse. Crédit photo : Fabien Laine

Guy Waites (UK) et Jeremy Bagshaw (RSA) sont toujours dans des conditions musclées, avec 20 nœuds de vent sur le nez, des rafales à 40, et des vagues de 4 à 5 mètres dans une mer confuse. Ils sont malgré tout heureux en mer, mais tous deux sentent cependant leurs bateaux un peu plus lents que d’habitude, un signe que les berniques sont de retour comme l’expliquent Jeremy dans son appel et Guy dans son tweet.

Sagarmatha : bon coup d’œil sous la coque dans une brève accalmie, Sagarmatha est recouverte d’un champ de berniques anatifes

Guy Waites (UK)
https://www.youtube.com/watch?v=hMq8xBQqNjw&list=PLjOcewuo5Q60O3XyZ8fO02YJ6sZUlhZSu&index=7
GGR2022 Participant Guy Waites (Royaume-Uni) Images à bord du LSO à Lanzarote

Contournant Trindade, Ertan Beskardes (UK) est aussi en pleine forme malgré des conditions adverses, et ignore qu’il est 7ème derrière Kirsten, en position favorable. Plus à l’ouest, Michael Guggenberger (AUT) s’éclate sur son ketch Nuri:

J’ai découvert avec Nuri qu’il est possible de naviguer avec peu de toile et d’obtenir la meilleure vitesse possible. Je navigue sur le bateau d’une manière très différente qu’il y a 10 jours. Je mets moins de toile pour gîter le moins possible et ai trouvé une super vitesse, c’est surprenant comme ça marche bien!

nous a dit Capitaine Gugg aujourd’hui.

Il a raison Gugg, et a fait une découverte majeure depuis son début de course! Il n’a cessé ces 10 derniers jours de battre son record personnel sur 7 jours avec 1024 milles – la 4e meilleure semaine de la flotte depuis le départ – améliorant au passage son record personnel sur 24 heures avec 155 nm, à seulement 9 milles du record personnel de Simon !

La plupart des marins passeront la marque Trindade dans les sept prochains jours, mais l’anticyclone de Sainte Hélène et la météo de l’Atlantique Sud réservent encore quelques surprises.

Attendez-vous à d’autres changements en tête de flotte !

avatar

Title Partner

Major Partners

Premium Partners

Technical Partners

Les Sables-d'Olonne Host Port Partners

Associations