facebook
twitter
soundcloud
instagram
youtube

Pourquoi la GGR 2018 ?

La Golden Globe Race est un défi très personnel pour tous les participants. Pour moi aussi. Il ne s’agit pas d’argent, ou de la gloire, ou d’essayer de prouver quoi que ce soit à quelqu’un d’autre. C’est juste personnel.

Une chasse aux trésors au Royaume des Tonga en 2014 fût un moment et un endroit étrange pour commencer à rêver d’une édition pour le 50ème anniversaire de la Golden Globe Race de 1968 et d’un deuxième tour du monde pour moi. J’étais loin de l’océan Austral, avec des amis, et non dans “A world of my own” comme Robin Knox Johnston l’avait été pendant plus de 300 jours. J’avais récemment découvert une épave intéressante du 18ème siècle et récupéré mon premier canon en bronze. J’étais loin de m’ennuyer ou de manquer d’aventure, avec beaucoup de distractions dans la vie, alors POURQUOI organiser la course?

Dans quelques jours, 25 marins endurcis venant de tous les horizons et de 14 pays différents se tiendront fièrement sur le devant de la scène lors du Salon Nautique de Paris. Ils seront accueillis par le public en tant que participants à la seconde édition de la Golden Globe Race. Je ne suis pas l’un d’entre eux. J’ai raté ma chance de naviguer pour la seule chose que je voulais désespérément accomplir, alors POURQUOI laisser cela se produire?

Très bientôt, Hollywood se prendra au jeu avec la sortie de “The Mercy”. Un film incroyable sur la disparition de Donald Crowhurst, qui avait tenté de tromper le monde en tant que participant au premier Golden Globe du Sunday Times. Il avait navigué en faisant des cercles dans l’Atlantique en transmettant des rapports avec de fausses positions, et s’est finalement suicidé en réalisant que cela serait découvert. Il y a maintenant des millions de personnes qui connaissent non seulement la Golden Globe Race 2018, mais qui attendent avec une grande passion de pouvoir la suivre. Nous n’avons toujours pas sécurisé notre sponsor principal, donc pour l’instant, la seule personne qui sécurise la course c’est moi, alors POURQUOI ferais-je ça?

Je peux répondre honnêtement à ces trois questions … parce que c’est peut-être la seule chose que je puisse faire pour changer un petit peu le monde, et en cours de route, m’amuser aussi. Vous voyez, je crois réellement au bénéfice positif que l’Aventure peut apporter à chacun. Autrement dit, vous ne pouvez pas apprendre la vie dans une salle de classe. Vous devez sortir et expérimenter des choses, éprouver des émotions et émettre des jugements de valeurs pour apprendre. Parfois, une force motrice nous pousse à passer du texte à l’action, du livre jusqu’à vivre l’aventure, source d’inspiration. Jessica Watson, une jeune fille de 16 ans naviguant en solitaire sans escale autour du monde, a inspiré plus de gens que l’on ne peut l’imaginer. Pour beaucoup des jeunes filles, c’est une bonne chose.

Robin Knox Johnston et son Suhaili m’ont inspiré dès l’adolescence. Cela a changé ma vie de manière positive et a fait grandir mon amour de l’océan jusqu’à aujourd’hui, unique constante dans ma vie. Ce n’est pas une mauvaise chose! En 2014, j’ai voulu suivre l’exemple du SUHAILI dans une course en solitaire sans escale autour du monde et j’ai réalisé que je devrais l’organiser moi-même, alors je l’ai fait. Le projet s’est rapidement développé au-delà de mes attentes, à tel point que j’ai dû le gérer, plutôt que d’y naviguer. Cela devait être fait correctement, et j’ai vu en cette course le potentiel pour inspirer des millions de personnes. Cette course est maintenant ma nouvelle aventure et la raison principale pour laquelle j’y déploie tous mes efforts et mes ressources.
Toute aventure a un résultat inconnu. De même pour la GGR, dont le départ est désormais confirmé des Sables d’Olonne le 1er juillet prochain. Comme toutes les expéditions, les plans changent. La passion est quelque chose qui manque dans ce monde et reste quelque chose que j’admire beaucoup. Je voulais faire partir cette course de Falmouth le 14 juin 2018. Je voulais aussi que les gens qui rejoignent l’aventure, comprennent la vision que j’en ai. Je n’ai trouvé ce rythme, cette dynamique, qu’en France. La passion pour la cuisine, le vin, le théâtre, les arts, la culture, l’aventure, la voile et même la vie elle-même est omniprésente. C’est la manière française, et c’est la seule façon dont je peux la décrire. L’intensité est extrême. Ils veulent rejoindre cette aventure et ils savent ce que cela signifie. Cela me fait simplement sourire et me sentir heureux comme en étant avec des amis. Bien sûr, je suis australien et j’ai besoin de comprendre leur façon de faire, mais bon !! .. c’est OK.

En trois ans, la GGR a évolué et mûri. Les participants se sont succédés. Le groupe final des skippers qui sera présent sur la scène mondiale sont les derniers debout. Nous pourrions en perdre quelques autres encore, mais la course contre le temps jusqu’au départ est presque terminée. C’est ainsi dans ce genre d’événements. J’ai moi-même vécu cela auparavant. J’avais tenté de participer au BOC Challenge de 1986, mais je n’ai réussi à participer qu’à l’édition de 1990-91. J’ai aussi manqué cette GGR, mais je ferai en sorte de participer à l’édition 2022 sur mon www.Joshuagg.com.OnDesign. Je pourrais alors naviguer dans l’esprit de Moitessier et revivre la Longue Route, un rêve encore fort pour 2022. Peut-être que je dépasserais le SUHAILI?

Nous sommes à quelques mois avant le début d’un voyage autour du globe, que le monde n’a encore jamais vu. Il a le pouvoir de changer des vies pour toujours. L’année prochaine à cette heure ci, nous serons tous dans le feu de l’action. La flotte sera étirée à travers l’océan Austral du cap Leeuwin jusqu’en Nouvelle-Zélande, puis à mi-chemin dans l’océan Austral en direction du cap Horn. Les histoires vont venir vite et devenir intenses, mais différentes de celles de la Volvo ou du Vendée Globe.

Neuf mois, c’est long. Entre les périodes intenses de la GGR, les passionnés continueront leur vie. Ils iront travailler, prendront des vacances, se marieront, célébreront des anniversaires et Noël, puis la GGR ressurgira encore et encore, juste là, face à eux. Cette course n’est pas un sprint et sera impossible à manquer. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois pendant environ neuf mois, la Golden Globe Race sera là. Ce ne sera pas le flux vidéo par satellite disponible 24 heures sur 24, mais elle sera toujours présente, avec jusqu’à six messages quotidiens de chaque participant, un suivi satellite constant avec des prévisions météorologiques en temps réel et le classement des compétiteurs. Des commentaires quotidiens de la direction de course de la GGR seront en direct sur Facebook ainsi que des résumés vidéo hebdomadaires.

Les adèptes fermeront les yeux et imagineront avec émerveillement et admiration le fait d’être l’un de ces explorateurs modernes remontant le temps. Ils ressentiront l’émotion et vivront l’instant en écoutant des rapports vocaux en ligne régulièrement, le vent hurlant en arrière-plan. Les points de passage pour récupérer les enregistrements dans le monde entier livreront des films en Super 8 et des photos 35 millimètres pour capturer votre imagination avec les bandes audio nous racontant l’épopée. Pour une visite virtuelle, chaque compétiteur GGR détient un appareil photo 360 degrés à bord, comme un privilège des années 1960, vous invitant à bord à travers vos lunettes lors d’occasions spéciales. Pourtant, les gens ordinaires continueront à aller travailler et à vivre leur vie, pendant que les navigateurs de la Golden Globe glissent vers l’arrivée dans leur monde.
Quand tout sera terminé et que les histoires auront été racontées et seront terminées, je suis sûr que tous les participants seront invités à répondre à la question POURQUOI? Il ou elle donnera une réponse dans l’instant, mais au plus profond, la réalité peut-être tout autre. Vous comprenez alors ce qu’il y a de drôle à propos de l’Aventure et du Pourquoi? Car souvent, les aventuriers eux-même ne savent pas vraiment. C’est juste quelque chose de profond qui vous empêche de dormir la nuit une fois que l’idée a germé. C’est là vous savez que vous devez tout donner pour y arriver. C’est ce qui motive les personnes spéciales dans ce monde. Tous ceux présents sur la scène à Paris dans quelques jours en sont un exemple vivant.

Je me sens immensément fier de tous les participants qui sont à mes côtés maintenant et des sacrifices qu’ils font pour soutenir notre rêve commun. Je suis très reconnaissant envers tous ces amis qui ont contribué au début du projet, et envers toute notre petite équipe d’organisation toujours présente et passionnée. L’Agglomération des Sables d’Olonne, je suis heureux de vous nommer tous à titre d’amis.
À Sir Robin Knox Johnston, MERCI!

Cette étape à Paris, le 8 décembre prochain, marque la fin du début. La Golden Globe Race est réellement en marche. Pourquoi l’ai-je fait? Posez-moi la question le 22 avril 2019.

 

Don McIntyer
Founder and Race Chairman