facebook
youtube
Voir toutes les news

Golden Globe Race 2018 – à 365 jours du départ de Plymouth

2 nouveaux concurrents /Drames en mer/ 1 Abandon / 4 Places vacantes sur la liste d’inscription

 

Dateline: Plymouth 30 juin 2017.
Dans un an jour pour jour, près de 30 navigateurs partiront de Plymouth UK pour recréer l’histoire au départ d’une circumnavigation en solitaire à bord de petits voiliers traditionnels à quilles longues en utilisant uniquement des cartes en papier, un sextant et un chronomètre pour naviguer. La course marque le 50e anniversaire de la course originale du Golden Globe du Sunday Times et l’exploit remarquable de Sir Robin Knox-Johnston qui devint le premier marin à accomplir un tour du monde à la voile en solitaire sans escale.

Drames en mer

Cinquante ans après la course originale, où seul l’un des neuf marins réussi à aller au bout, les drames auxquels sont confrontés les concurrents au cours de leurs essais qualificatifs de 2 000 milles montrent que le défi restent tout aussi important.

Six mois après le chavirage du concurrent australien Shane Freeman à 600 milles du Cap Horn, le Français Loïc Lepage a perdu son canot de sauvetage lorsqu’il a été arraché du pont et emporté par les flots lors de ses essais qualificatifs de navigation de 2 000 milles. Ce fût un moment à couper le souffle, mais après être retourné en France pour remplacer le canot, et revoir sa position et ses fixations, il a décidé de reprendre la mer en solitaire vers les Açores.
Le canot de sauvetage de Freeman, fixé d’une manière similaire sur le pont, a également été endommagé, et l’Australien a aussi perdu l’utilisation de son régulateur d’allure lorsque le bout relié à une dérive s’est emmêlée autour de la lame.

Le Français Lionel Regnier, a déjà effectué 23 traversées transatlantiques et ne s’est jamais retiré d’une course jusqu’ici. Il a également subi une panne d’auto-pilote à bord de son Rustler 36, One and All, lors de la course transatlantique de l’OSTAR, de Plymouth à Newport, touché par des vents forts cette année. Les dégâts l’ont contraint à une retraite anticipée et de longues heures à barrer jusqu’en France. De tous les bords, Lionel a vécu une période effrénée, et après une semaine de réflexion a décidé de se retirer de la GGR, de vendre son bateau et de consacrer ses énergies à soutenir son compatriote Jean-Luc Van Den Heede.

Aussi, il y a quelques jours, le concurrent palestinien américain Nabil Amra nous a raconté les périples qu’il a vécu à bord de son Contessa 32 lors d’un voyage dans l’Atlantique pour obtenir ses 8000 milles de qualification. « Ce fût un périple beaucoup plus difficile que prévu, mais cela n’a pas suffit à me détourner de la GGR. Je suis toujours bien présent. J’ai eu un incident comme Shane Freeman avec mon autopilote… Ensuite, j’ai dû parcourir les 550 derniers milles à la barre, avec un cockpit et des vêtements trempés, des aliments avariés, plus de chauffage ni de pilote automatique. C’était un véritable test d’endurance mentale et physique. J’essaye maintenant de récupérer mon téléphone et mon appareil photo, endommagés par les conditions, pour obtenir quelques images et monter une courte vidéo du voyage « .
Le choix du voilier d’Amra pour la Golden Globe Race, un Biscay 36, est actuellement réaménagé au chantier naval de Falmouth, en Cornouailles et, avec cette expérience, il est susceptible d’exiger des modifications supplémentaires.

Et une pensée pour Nérée Cornuz, le Suisse / Italien de 27 ans, naviguant actuellement sur son Lello 34 en solitaire depuis Cap Town, qui a dû faire face à un gréement brisé et des problèmes avec son régulateur d’allure fait main, en faisant route vers la Méditerranée.

Don McIntyre, fondateur de la course, dit de ces drames. « Ces événements ont tiré la sonnette d’alarme chez les concurrents. Le GGR 2018 n’est pas plus une promenade dans un parc que l’événement original en 1968. Ce sera une course d’attrition, mettant à l’épreuve même le plus affûté et le mieux préparé. Les systèmes de direction automatique, régulateurs d’allures, sont bien meilleurs qu’ils ne l’étaient, mais sont encore vulnérables aux dommages, et ceux qui ne transportent pas de pièces de rechange seront susceptibles d’être en difficultés rapidement. Les canots de sauvetage arrimés sur les parties exposées du pont se sont également révélés risqués, et certains capitaines adaptent maintenant des casiers dans leur cockpit pour mieux les protéger, tout en étant prêts à être utilisés instantanément. Les Skippers testent chaques parties de leurs bateaux afin de réévaluer les pièces qui pourraient se briser et planifier les réparations possibles lorsque les conditions seront au pire.


Skippers … Il est temps de choisir vos armes.

Aujourd’hui, un an avant le début de la GGR, les skippers doivent désigner les bateaux sur lesquels ils navigueront. Juste avant la date limite, le participant britannique Robin Davie, un vétéran du BOC Challenge, et la “tourdumondiste” brésilienne Izabel Pimentel, viennent tous deux d’acheter un voilier Rustler 36, portant l’effectif de ces bateaux construits à Falmouth, au nombre de 6.
La britannique Susie Goodall, qui a également un Rustler 36, vient de terminer une double traversée de l’Atlantique et se dirige vers Falmouth pour la préparation finale avant la course.
L’Irlandais Gregor McGuckin et le français Arsène Ledertheil ont chacun acheté des voiliers de type Biscay 36, ce qui en fait la deuxième classe la plus représentée parmis la flotte de la course, au nombre de 4.
Le russe Igor Zaretsky a sélectionné et trouvé un Belliure Endurance 35 pour son voyage, rejoignant le britannique Ian Reid et le français Patrick Phélipon dans cette classe de trois bateaux.

Selection des voiliers
· Rustler 36 (6)
· Biscay 36 (4)
· Lello 34 (3)
· Belliure Endurance 35 (3)
· Suhaili ERIC design replica (2)
· Ta Shing Baba 35 (2)
· Tradewind 35 (2)
· Nicholson 32 Mk 10 (1)
· OE 32 (1)
· Benello Gaia 36 (1)


Deux nouveaux concurrents:

Tapio Lehtinen (59 ans) d’Helsinki, en Finlande, est un marin de longue date qui a débuté par l’Optimist à l’âge de 6 ans. Actuellement Commodore du Yacht Club Helsingfors Segelsällskap (HSS), son expérience s’étend des Lasers, au 4’70, et des 29 pieds, des bateaux à quille, aux voiliers de course au large, y compris une carrière en Racing longue de trois décennies dans son classique 6 mètres May Be IV. Il a participé à la Coupe mondiale Whitbread en 1981/82 à bord de Skopbank de Finlande. Il a remporté la course Round Britain and Ireland en 1985, et la 2STAR Transatlantique en 1968. Sans oublier, la course des Bermudes de 2014.
Tapio fera campagne avec son Benello Gaia 36, ​​de Sparkman Stevens, ​​précurseur du Nautor Swan 36, sur lequel il navigue actuellement de la Méditerranée vers la Finlande pour être rénové pour la course par le Nordic Refit Center à Kolpi, en Finlande. Une fois que ce travail sera achevé à l’automne, Tapio envisage de naviguer vers le sud de la France, puis de se lancer dans ses essais de qualification de 2 000 milles marins.
Il dit de la course à venir: « Je participe parce que j’aime naviguer, j’aime être en mer. J’accepte les défis, mais je ne suis pas un preneur de risque. J’ai le mérite de bien me préparer et de naviguer avec un bon sens marin. Je suis compétitif, mais je me rends compte que pour réussir dans cette course, je dois d’abord terminer.  »

>> Profil

Le commandant Abhilash Tomy, (38 ans) de Mumbai, est l’un des marins les plus en vue de l’Inde et a reçu une des cinq invitations spéciales pour rejoindre la GGR. Officier de service dans la marine indienne, il a eu l’avantage, tout comme la légende française Eric Tabarly, de passer une grande partie de sa carrière à naviguer pour son pays. Abhilash a parcouru plus de 52 000 milles sous les voiles de la Marine, y compris un tour du monde sans escale au départ de Mumbai en 2012/13. Il a également représenté l’Inde lors de la course de Cape Town à Rio en 2011, de la course espagnole Copa del Rey en 2014, et de la Korea Cup deux années de suite.

Pour commémorer l’héritage de l’Inde dans la construction des célèbres voiliers dans le passé (en mémoire aux Suhaili et Lively Lady) Abhilash courra sur une réplique du voilier de Sir Robin Knox-Johnston, vainqueur de l’édition originale. Les travaux ont commencé au chantier naval Aquarius, à Goa, en 2016, mais pas avec l’équipement rudimentaire, la foreuse et la scie à main qui avaient façonné Suhaili dans un chantier naval à Bombay cinq décennies auparavant. Avec cette fois ci, la dernière conception de CAO et les machines de coupe CNC pour produire une réplique beaucoup plus légère en composite époxy bois. Le bateau est maintenant au stade de la peinture, et la mise à l’eau est prévue pour la fin du mois de juillet.

Cdt. Tomy a l’intention de compléter ses tests d’essai en parcourant 4 500 milles de l’Inde à Cape Town, d’où le voilier sera expédié à Plymouth pour le début de la GGR en juin 2018. Il dit du défi à venir: «Cet événement recrée de la manière la plus proche possible, la magie de la course originale. L’accent n’est pas mis sur la technologie et sa gestion, mais sur la navigation maritime et une expérience directe de la mer. Cette philosophie est conforme à mon point de vue sur le fait que beaucoup peut être accompli avec très peu.  »

>> Profil


LISTE D’INSCRIPTION – 4 PLACES TOUJOURS VACANTES

Au cours de l’hiver dernier, nous avons vu certains des Inscrits Provisoires inévitablement abandonner, mais leurs places ont été rapidement occupées par ceux de la Liste d’Attente. Cela nous laisse une liste solide de 26 concurrents, y compris de nouveaux noms, Tapio Lehtinen de Finlande, le Commandant Abhilash Tomy d’Inde, Izabel Pimentel du Brésil, Mark Slats des Pays-Bas et Mike Smith d’Australie.

Cela laisse aussi l’opportunité à quatre autres de réaliser le rêve d’une vie, celui de naviguer autour du monde. « La course est limitée à 30 participants, et comme nous avons reçu plus de 150 demandes d’inscription, je ne doute pas qu’il ne faudra pas bien longtemps avant que notre liste soit à nouveau complète », déclare Don McIntyre, président de la GGR.

Pour plus de détails, rendez-vous sur www.goldengloberace.com/the-rules/


La Course en chiffres

La course: 30,000 milles avec 4 portes de passage
26 concurrents (Nombre d’inscrits max: 30)
Les Compétiteurs représentant 14 pays
Amérique (3) Australie (3) Brésil (2) Royaume-Uni (3) Estonie (1) Finlande (1) France (6) Irlande (1) Inde (1) Italie (1) Pays-Bas (1) Norvège (1) Palestine 1) Russie (1)
Le concurrent le plus ancien: 72 ans Jean-Luc van den Heede (FR)
Les plus jeunes concurrents: 27 ans: Roy Hubbard (USA) Susie Goodall (GBR) and Nérée Cornuz (Italie / Suisse)


LE PROGRAMME DU LANCEMENT

Jeudi 14 juin 2018: Le Défilé des Voiliers, et du Suhaili, à Falmouth, pour commémorer le 50ème anniversaire du départ de Falmouth de Sir Robin Knox-Johnston à bord de son voilier de 32 pieds, le Suhaili. Les 30 skippers qui disputeront la course de 2018 rejoindront des centaines d’autres voiliers dans la baie de Falmouth, avec un hommage spécial rendu devant Sir Robin. D’autres voiliers historiques se joindront à la flotte commémorative, notamment le fameux Gipsy Moth IV de Sir Francis Chichester, et le Lively Lady de Sir Alec Rose. Il y aura aussi une réplique du voilier de Sir Chay Blyth, Dytiscus III, et le Joshua, sur lequel le Français Bernard Moitessier a navigué dans l’édition originale de la course du Sunday Times.
En cette soirée, le Club de voile Royal de Cornwall organisera un dîner de gala « spécial Suhaili » lors duquel Sir Robin sera l’invité d’honneur.

Vendredi 15 juin 2018: La Course de bienfaisance, le Challenge SITraN, de Falmouth à Plymouth.

Samedi 16 juin 2018: Le Village de la GGR ouvrira ses portes à la Marina Queen Anne’s Battery (QAB) à Plymouth avec un défilé de voiliers mené par le Suhaili de Sir Robin Knox-Johnston, suivi du Joshua, de Dytiscus III, Lively Lady et Gipsy Moth IV. L’entrée dans le Village de la course sera gratuite et les attractions seront ouvertes aux visiteurs du 16 juin jusqu’au départ, le samedi 30 juin 2018.

Samedi 30 Juin 2018: Départ de la Golden Globe Race 2018 de Plymouth.

pic
pic
pic
pic
pic
pic